Panneau 18 bis

La Fête nationale du Québec à Montréal -
Je me souviens!

Un premier défilé sous les étoiles

Panneau 12.tif
Parade de la Saint-Jean-Baptiste sur la rue Sherbrooke à Montréal, 1965. Archives nationales du Québec à Montréal, fonds Ministère de la Culture et des Communications (E6, S7, SS1, D651138-651156). Photo : Gabor Szilasi.

Un premier défilé de nuit est organisé pour la Fête nationale en 1963. Débutant à 21h30, l’événement, sous le thème de la joie de vivre, prend une apparence inédite, décrite par le journal La Presse comme une « apothéose d’ampoules électriques, de projecteurs et de flambeaux ». Les chars allégoriques ainsi illuminés présentent différents aspects de la joie, des fêtes aux épluchettes de blé d’inde en passant par les parcs d’attraction.

 

Le char des parcs, en particulier, attire l’attention avec son énorme tête de poisson : il s’agit de la fameuse baleine bleue du Jardin des Merveilles (1957-1988), un jardin zoologique installé à l’époque dans le parc La Fontaine. On se servait de cette énorme bouche ouverte pour exposer des aquariums de petits poissons.

En savoir plus

De nombreuses activités nocturnes ponctuent les festivités de la Saint-Jean-Baptiste depuis ses débuts. Le feu de la Saint-Jean est traditionnellement allumé le soir du 23 juin, tandis que plusieurs autres événements, comme des feux d’artifices, se déroulent le soir du 24. Dès les premières éditions des années 1840, le défilé se déroule quant à lui en après-midi le jour de la Saint-Jean, suivant la messe du matin.

 

La formule traditionnelle des célébrations de la Fête nationale est cependant bousculée dans les années 1960, autant au niveau de la forme que du contenu des événements. Alors qu’on voit tranquillement disparaître certains symboles du passé, comme le petit saint Jean-Baptiste aux cheveux bouclés, on essaie de rendre la Fête plus actuelle. C’est dans ce contexte qu’on essaie en 1963 une nouvelle façon de faire pour le défilé : on le déplace après le coucher du soleil pour une expérience nocturne hors du commun. 

 

Le défilé se déroule donc dès 9 heures du soir dans la rue Sherbrooke. Le thème de la « joie de vivre » est souligné par 21 chars allégoriques illuminés de toutes parts. La conception est imaginée par un expert, Georges Laporte, éclairagiste chez Radio-Canada. Il faut dire que l’organisation d’une parade de nuit nécessite à l’époque une énergie considérable : plus de 9000 ampoules, 400 projecteurs et de nombreuses génératrices sont mis à profit pour l’occasion. 

 

Ces prouesses techniques mettent en lumière les joyeux tableaux de la procession, dont l’éclairage est adapté à chacune des thématiques. Plusieurs d’entre eux montrent des moments de l’année propices aux réjouissances, comme le temps des fêtes, le temps des sucres, le Mardi gras et même les épluchettes de blé d’Inde ! D’autres se concentrent plutôt sur des activités particulières: les sports et les arts sont donc mis de l’avant. D’autres encore présentent des lieux associés à la joie de vivre, notamment les parcs et le célèbre Jardin des Merveilles (1957-1988), le zoo du parc La Fontaine qui a marqué plusieurs générations d’enfants.