Panneau 18 bis

La Fête nationale du Québec à Montréal -
Je me souviens!

Les fêtes de quartier

Panneau 9.tif
Foule rue Saint-Denis à Montréal, 1981. Archives nationales du Québec à Montréal, fonds Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal (P82, B66). Photographe non identifié.

Désormais partie intégrante des célébrations de la Fête nationale à Montréal, les fêtes de quartier prennent leur essor vers la fin des années 1940. Ces réjouissances plus locales se déroulent en marge des grandes activités proposées chaque année. On y propose entre autres des visites patrimoniales, des spectacles de danse folklorique, des concours, des dîners extérieurs, des performances de toutes sortes et des animations pour les familles. De nos jours, près d’une centaine de fêtes de quartier sont organisées à travers Montréal chaque année dans le cadre de la Fête nationale. Ces événements bien appréciés du public sont rendus possibles grâce, entre autres, à la participation des nombreux bénévoles.

En savoir plus

Les années 1950 sont marquées par un nombre grandissant de fêtes de quartier organisées dans le cadre de la Saint-Jean-Baptiste. Ces réjouissances plus locales se déroulent en marge des événements officiels, comme le grand défilé du 24 juin. Elles permettent notamment aux citoyens d’un même secteur de se rassembler et de célébrer près de leur domicile. 

 

Marginales au milieu du vingtième siècle, les fêtes de quartier vont connaître un nouvel engouement dès le début des années 1970. Les défilés de 1968 et 1969 ayant donné lieu à des émeutes, on favorise plutôt des activités de moins grande envergure réunissant un plus petit nombre de citoyens. Pour l’occasion, on ferme des portions de rue et on y aménage des tables, des chaises et de petites scènes. On en profite pour servir des repas, présenter de petits spectacles, chanter en groupe et danser au son de musique traditionnelle ! Dès 1984, un nouveau programme gouvernemental est mis sur pied : offrant un soutien financier aux fêtes locales, cette initiative favorise l’essor de ces réjouissances à la fin du vingtième siècle.

 

Les fêtes de quartier font désormais partie intégrante de la programmation. On en fait la promotion dans les journaux et plus tard sur Internet. On sollicite aussi les artistes et les organismes locaux pour l’organisation des activités. De nombreux bénévoles contribuent chaque année à la tenue de ces événements, devenus des incontournables de la Fête nationale.