Panneau 18 bis

La Fête nationale du Québec à Montréal -
Je me souviens!

Le retour du défilé

Panneau 20 bis.jpg
Défilé de la Fête nationale du Québec, 1981. Archives Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal. Photo : François Rivard.
Maquette de char allégorique de Claude Lafortune, 1981.  Archives nationales du Québec à Montréal, fonds Comité organisateur de la fête nationale du Québec (E207, B69). Photographe non identifié.
Panneau 20.tif

La rue Sherbrooke s’anime à nouveau pour la Fête nationale en 1981. Pour la première fois depuis les émeutes de 1968 et 1969, un défilé d’envergure y est organisé, sous le thème des « forces vives du Québec ». 500 000 personnes se rassemblent pour voir passer le cortège entre les rues Atwater à l’ouest et Viau à l’est. Les nombreux chars allégoriques deviennent rapidement les grandes vedettes du défilé : ornés d’imposantes sculptures de papier, ces tableaux à l’esthétique originale, imaginés par le concepteur Claude Lafortune, ajoutent au caractère ludique de l’événement.

 

Chacun des chars est aussi accompagné de textes imagés rédigés par Gilles Vigneault. L’un d’eux, nommé Gens de bâtir, révèle toute la poésie du défilé :

 

« Les gens de ce pays

Ce sont des gens de bâtir

Ce sont gens d’aujourd’hui

À fabriquer demain. »

En savoir plus

En 1981, après plus de 10 ans d’absence, le grand défilé traditionnel de la Saint-Jean-Baptiste fait son retour à Montréal. Pour la première fois depuis les émeutes de 1969, une parade d’envergure s’organise dans la rue Sherbrooke. 

 

Attirant un demi-million de spectateurs, le défilé de 1981, sous le thème des « forces vives du Québec », surprend par sa créativité. La trame narrative de l’événement prend la forme d’un poème rédigé par Gilles Vigneault, soulignant les différentes forces qui caractérisent la province et ses habitants :  

 

Les gens de ce pays  

Ce sont gens d'aventure

     

Gens de papier, de bois   

Et gens d'imprimerie

      

Gens de feu, gens de fer  

D'argent de cuivre et d'or

   

Gens de mer, et de vent   

Et gens de pêcheries

 

Gens de danse, et de chants

Et de dire et d’écrire

Et faiseurs de musique

 

Gens de nature aussi

Forestiers laboureurs

Arbres toujours en marche

 

Gens de jeux gens de sports

Usant de leurs saisons

 

Travailleurs, inventeurs

Transporteurs de lumière

 

Gens de fierté, d’orgueil

Pourvoyeurs de métiers

À grandeur de planète.

 

Gens d’accueil, bras ouverts

Venus d’ailleurs eux-mêmes 

Dans les bateaux du temps

 

Amadoueurs de sources

Et dompteurs de rivières

 

Gens de semailles aussi

Et capables longtemps

D’attendre la récolte

 

Gens d’espace, et de temps

Gens de voyageries

 

Les gens de ce pays

Ce sont gens de bâtir

Ce sont gens d’aujourd’hui

À fabriquer demain.

 

Ces strophes, mettant en lumière à la fois les ressources naturelles, les activités économiques, les sports et la culture du Québec, sont donc illustrées chacune par un char allégorique différent. C’est Claude Lafortune, talentueux créateur et animateur de l’émission de télévision L’évangile en papier, qui en assure la conception. Le papier règne au sein du cortège, des immenses décorations colorées des chars allégoriques jusqu’aux costumes portés par les marcheurs ! 

 

Fort d’un succès inespéré, le défilé de 1981 marque un désir de faire renaître les événements emblématiques de la Saint-Jean-Baptiste d’autrefois. Certaines traditions des anciennes processions sont toutefois abandonnées : c’est le premier grand défilé depuis 1860 à ne pas représenter saint Jean-Baptiste.